>> Hôtel de Ville
73, Boulevard Gambetta
BP 30 249
46005 CAHORS  CEDEX
tél. 05 65 20 87 87
communication@ mairie-cahors.fr












Tribrunes libres


Conformément à l'article L.2121-27-1, un espace est dédié à l'expression de l'opposition municipale. Cet espace est défini par une délibération portant sur l'adoption par le Conseil municipal, conformément à l'article L.2121-8 du Code général des collectivité territoriales, de son règlement intérieur.


 


  • Un nouvel élan pour Cahors
  • Mon parti c'est Cahors
  • Cahors à gauche
  • @Cahors l'humain d'abord

 

Le navire prend l’eau !

Le rapport d’orientation budgétaire (ROB) qui précède le vote du budget 2017 n’annonce rien de bon. Le maire nous prédit des pertes de 2017 à 2019 (- 315 000 € en 2017, - 1 million d’€ en 2018 et - 1,4 millions d’€ en 2019). Ces pertes annoncées sur 3 ans ne sont malheureusement pas accompagnées de mesures fortes permettant d’envisager une amélioration. Les charges de personnel augmentent de 2%. La réaction des élus est molle et inadéquate. Certes la majorité s’accroche au dogme des 0% d’augmentation de la fiscalité, ce qui est un leurre au regard des autres taxes qui augmentent (CFE…) mais l’exercice devient de plus en plus périlleux et nous sommes prévenus, il se pourrait que les impôts augmentent. Avec une taxe d’habitation à 16,55% alors que bon nombre de communes avoisinantes sont entre 5 à 9 % (Cahors produisant les ⅔ de fiscalité de l‘ensemble du Grand Cahors), temporiser ne nous semble pas être un bon choix, au même titre que l’investissement dans le cinéma, projet surdimensionné pour la ville de Cahors. A noter également que le financement de ce projet n'apparaît à aucun moment dans ce ROB, ce qui ne peut qu’aggraver la situation. Il est temps de se réveiller ! Nous ne voterons pas le budget 2017.

Brigitte Rivière et Jean-luc Maffre - Les Républicains

 

 

Un budget risqué

L’opposition l’a souvent affirmé : ce n’est pas parce qu’il est subventionné qu’il faut faire un investissement s’il n’est pas prioritaire. On le répétera dans ce difficile contexte socioéconomique : ce sont toujours les contribuables qui font les frais du gaspillage des fonds publics. Il n’est pas justifié de continuer de dépenser et d’emprunter à un tel rythme : 19 M € d’investissements sur deux ans avec un reste à charge de 10 M €. Parmi ces investissements 1,4 M € pour les aménagements urbains du pont Valentré, la rénovation du Musée, le nouveau cinéma, ça fait beaucoup, beaucoup trop.
Je reste dubitatif sur la création soudaine d’un budget annexe pour la « location de locaux à usage professionnel », budget sur mesure concernant le financement public/privé du futur multiplexe. Les documents de la Direction générale des collectivités locales précisent que les budgets annexés au budget municipal permettent entre autre « d’isoler les risques financiers de certaines opérations qui peuvent être importants compte tenu de la nature de ces opérations et de leur durée ». Le maire est-il en train d’anticiper les risques financiers que fait courir aux Cadurciens son projet de cinéma disproportionné et inadapté aux besoins de notre cité ? Espérons que les contribuables n’en paieront pas le prix fort..

Michel Grinfeder - Mon Parti c’est Cahors

 

Vive la sociale !

Taux d’imposition zéro ou pas, les habitant-es de Cahors devront encore se serrer la ceinture. Les ressources de la ville baissent depuis 2013. En 2016, la perte de dotation globale de fonctionnement était de 677 000 €. En 2017, elle sera de 415 000 €. Le maire accepte sans rechigner la purge imposée par le gouvernement Hollande… Mais avec 55 milliards d’euros de dividendes empochés par les actionnaires et 80 milliards d’euros d’évasion fiscale par an, des ressources, il y en a. C’est leur répartition qui pose problème : Seuls quelques privilégiés en profitent quand on condamne le plus grand nombre aux sacrifices : Pour Cahors, ce sont des emplois publics supprimés, plus de 10 postes en 3 ans, des agents pressurés au travail, des services publics supprimés. Après l’école Henri-Thamier, viennent les fermetures de classes. Mais voilà, le peuple en a marre des politiques d’austérité qui échouent lamentablement. Les adhérent-es socialistes et sympatisant-es de gauche, aussi. Ils ont plébiscité le frondeur Benoit Hamon quand les « grands élus » socialistes du Lot, appelaient à voter Valls ou à se rallier au banquier Macron. Alors que l’extrême droite et l’ultra réactionnaire Fillon s’embourbent dans « les affaires », surgit l’espoir d’un rassemblement pour de vraies alternatives de transformation sociale et écologique. A Cahors à gauche, nous y contribuerons.

Yannick Le Quentrec – Cahors à gauche

 

 

Et vous la VIème vous la voyez comment ?

Favorable au non-cumul des mandats, la liste @chd pense que cette règle doit nécessairement être complétée par la limitation des mandats dans le temps. D'abord parce que cela participe à la rénovation de la vie publique et évite la professionnalisation de la politique mais aussi parce que cela permet de lutter contre les dérives de la démocratie représentative.
Comportements contraires à la probité, petits arrangements entre amis/en famille, clientélisme électoraliste, tambouille de partis : la nécessaire rotation des élu-e-s peine à se faire. Certains cumulards totalisent près de 39 ans sur les bancs de l'Assemblée nationale, c'est dire combien l'appétence est grande à se présenter indéfiniment à sa propre succession. Dans notre circonscription 3 député-es se sont partagé près de 90% de la vie parlementaire de la Vème république et 1 sénateur en a occupé les ¾ depuis la réforme de 1983.
Incapable de se reformater, le logiciel de la Vème est périmé.
Au sein d'@chd, nous prenons notre part du renouveau démocratique pour permettre à un maximum de citoyens d'expérimenter la représentation. C'est pourquoi, fidèles à nos engagements de campagne nous mettons en place en 2017 la rotation du mandat municipal, toujours aussi déterminé-es et portés par votre confiance.
En route pour la VIème !

Isabelle Eymes - @Cahors l'humain d’abord